Aller au contenu


Photo

70eme anniversaire du débarquement


  • Please log in to reply
74 réponses à ce sujet

#1 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 08 September 2013 - 12:33

http://www.le70e-normandie.fr/ .



#2 gendlor

gendlor

    Colonel

  • Membre
  • 55 407 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:Languedoc Roussillon

Posté 08 September 2013 - 01:27

les préparatifs s'annoncent grandioses ...

 

on verra bien ce que ca donnera ...


276 741
Who Dares Wins

#3 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 08 September 2013 - 01:31

en espérant que les histoires mercantiles ne reviennent pas à la surface....UN PEU DE RESPECT M.....



#4 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 26 November 2013 - 09:52

Commando Léon, bientôt en appli smartphone et Ipad
 
Sous le teaser de "Soldat Léon", l'office du tourisme d'Ouistreham est en train de développer, avec une
société normande, un application pour smartphones et tablettes qui permettra de suivre, en vidéo immersive, le parcours du vétéran du commando Kieffer Léon Gautier qui sera en quelque sorte le guide des utilisateurs. L'application permettra de générer des images et sons d'époque, avec les souvenirs de l'ancien quartier-maître. L'application devrait être opérationnelle à la fin du printemps, à temps pour les 70 ans du Débarquement dont une partie du programme des festivités a été présenté ce matin à Paris (1).

Il ne reste plus qu'une dizaine de vétérans de ce commando, qui avait débarqué à 177, le 6 juin 1944. Le plus jeune a 87 ans.

(1) le programme officiel reste encore non officiel, mais l'essentiel de l'action se passera sur la plage d'Ouistreham (zone Sword) comme ce blog l'avait indiqué dès juin dernier, avec une autre cérémonie internationale en zone américaine. Le président français est en train d'envoyer les invitations à ses homologues étrangers, qui seront en G20 en Russie, les 3 et 4 juin. Une téléportation en Normandie d'une partie ou de la totalité d'entre eux pour le 6 juin n'est donc pas à exclure.
 

Publié par mamouth



#5 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 28 November 2013 - 11:04

Homologation des projets liés au "70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale"

Appel à projets dans le cadre du 70e anniversaire de la Résistance, des Débarquements, de la libération de la France et de la victoire sur le nazisme.

l-arc-de-triomphe_article_demi_colonne.j

Cette homologation a été créée afin d’accompagner les projets développés dans le cadre de la préparation de cet anniversaire qui donnera lieu à de nombreuses actions mémorielles. En effet, ces commémorations susciteront de multiples actions mémorielles à l'initiative d'organismes institutionnels, de collectivités territoriales, d'associations, d'entreprises privées et de particuliers, qui solliciteront un soutien de leurs projets auprès d'institutions publiques et privées, et particulièrement auprès de l’État. Cette homologation permet de distinguer les projets s’inscrivant dans le cadre des thématiques retenues au plan national : hommage aux survivants, rappel des valeurs qui ont été défendues, c****équence sur la construction européenne et le renforcement des valeurs démocratiques, valorisation des territoires de mémoire. Les projets pourront être de nature très diverse et présenter un caractère temporaire (exposition, colloque, spectacle, manifestation, cérémonie, …) ou pérenne (monument, mémorial, centre d’interprétation, chemins de mémoire, publication, …). L’homologation pourra être conférée lorsque la plupart des critères préétablis seront remplis. Cette homologation constitue une validation de la qualité et de la pertinence des projets, mais aussi la garantie que ceux-ci pourront figurer sur les documents ou sites officiels locaux récapitulant les actions du 70e anniversaire et être mis en valeur sur le site Internet dédié qui sera prochainement mis en ligne par le ministère de la défense. Seuls les projets homologués pourront faire l’objet d’une demande de subvention.

Procédure et calendrier

Les projets commémoratifs d’origine publique ou privée, liés au cycle du 70e anniversaire devront être adressés aux services départementaux de l’ONAC-VG ( www.onac-vg.fr) dès le 30 novembre 2013 s’ils sont appelés à se dérouler ou à être engagés au premier semestre 2014, et pour le 15 février 2014 s’ils sont prévus au second semestre 2014. Les projets sélectionnés seront ensuite transmis pour examen, aux instances départementales dédiées au 70e anniversaire qui seront mises en place sous l’autorité des préfets. Pour chaque projet retenu localement, le préfet adressera une lettre au porteur de l’action lui indiquant que son projet est soutenu et l’autorisant à faire figurer le logo officiel sur tout document. Dans les départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne, les projets devront être adressés au Comité "Mission régionale du 70eanniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie".

Les instances départementales seront également chargées d’étudier les demandes de subventionnement des projets homologués, via les services départementaux de l’ONAC-VG : formulaire CERFA spécifique aux associations ( www.vosdroits.service-public.fr) ou au moyen du formulaire ci-joint. Les dossiers de demande de subvention complets sont ensuite adressés à la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la défense (SGA/DMPA). L’attribution de subventions se fera au cas par cas, en fonction des projets présentés. L’examen portera sur la pertinence de l’action engagée, sur le sérieux de son plan de financement et sur son impact. Les projets pédagogiques seront quant à eux examinés par la commission bilatérale de coopération pédagogique (CBCP) dont le formulaire peut être téléchargé sur Eduscol et sur Educ@def.

________

Pour en savoir plus :

Circulaire du 8 novembre 2013 (format pdf, 278 kB).

Sources : SGA/DMPA
Droits : Copyright Mindef/SGA



#6 gendlor

gendlor

    Colonel

  • Membre
  • 55 407 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:Languedoc Roussillon

Posté 13 February 2014 - 09:44

Normandie: 300 combattants US attendus

 

 avec AFP

 

Près de 300 anciens combattants américains ayant pris part au Débarquement du 6 juin 1944 sont attendus en Normandie pour participer aux commémorations du 70e anniversaire de la plus grande opération militaire amphibie de l'histoire.

L'hébergement de ces vétérans et le transport par train spécial vers les plages normandes sera pris en charge par la France. "L'organisation est en train de se mettre en place", a confié aujourd'hui à Washington le ministre français délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, en marge de la visite d'Etat de François Hollande.

L'invitation française vise à saluer "ce qui a été l'engagement de ces soldats américains, venus mourir sur les plages de France au nom de la liberté", selon lui. Ces vétérans, dont six d'entre eux ont été décorés de la Légion d'honneur mardi par le président de la République, sont tous âgés d'au moins 90 ans. Les commémorations autour du 6 juin sont donc "un moment important", a fait valoir Arif, chargé de l'organisation des célébrations. "C'est la dernière fois où la mémoire de chair sera au rendez-vous".

Le président américain Barack Obama a annoncé hier qu'il se rendrait en Normandie pour le 70e anniversaire. Il y retrouvera notamment la reine d'Angleterre Elizabeth II, qui effectuera une visite d'Etat en France du 5 au 7 juin. Le président russe Vladimir Poutine lui aussi "a répondu, je crois positivement", à l'invitation de François Hollande, a affirmé M. Arif.

Les commémorations, auxquelles devraient également participer près de 650 militaires américains, seront étalées sur plusieurs jours en juin. Elles seront notamment marquées par des feux d'artifice qui embraseront tout le littoral du débarquement le 5 juin, ou encore par le saut de 600 à 700 parachutistes militaires américains, français, britanniques, néerlandais et allemands au-dessus de Sainte-Mère-Église le 8 juin. Le point d'orgue sera le 6 juin avec la cérémonie internationale regroupant les chefs d'Etat et de gouvernement sur le site de Sword Beach, qui s'étend de Saint-Aubin-sur-Mer à Ouistreham, où avaient débarqué les troupes britanniques et les 177 Français du commando Kieffer. Plus de cinq millions de visiteurs, dont 40% d'étrangers, sont attendus pour cet anniversaire.


276 741
Who Dares Wins

#7 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 16 February 2014 - 07:44

 

http://theatrum-bell...ieffer-present/



#8 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 01 March 2014 - 06:29

Les troupes coloniales oubliées du centenaire ?
 
 
SPA-54-K-2963-300x195.jpg

Tirailleurs annamites au camp français de Zeitlenick sur le front oriental à Thessalonique (Grèce) en mai-juin 1916. War and Colonies/ Alliance française de Dakha.

Peu de livres sur les colonies dans la Grande Guerre ont été publiés à l'occasion du centenaire. Pour autant, la question de leur apport militaire et économique n'a pas été entièrement délaissée par les historiens. Plusieurs colloques ont récemment été organisés. Le premier sur « Les troupes coloniales et la Grande Guerre » s'est tenu à Reims en novembre dernier. L'intérêt de la ville pour la question s'explique notamment par la présence du monument aux héros de l'armée noire érigé en 1924, détruit par les nazis en 1940. Une réplique de la sculpture également érigée à Bamako a servi de modèle pour la reconstitution du monument initial qui se trouve depuis le 8 novembre, dans le Parc de Champagne à Reims. En novembre dernier, Spiegel consacrait un article et un portfolio à l'histoire de ce monument. L’Hôtel de Ville de Paris a également organisé une conférence sur la mobilisation des troupes d’outre-mer. L'Alliance française de Dakha au Bengladesh a pour sa part mis sur pied une manifestation d'envergure jusqu'au 9 mars. « Guerre et colonies, 1914-1918 / War and Colonies, 1914-1918 » est à la fois une exposition de photographies de soldats des troupes coloniales françaises, britanniques et allemandes et un colloque international regroupant des historiens venus de France, d'Allemagne, d'Irlande, des USA, d'Inde et du Bangladesh. Le site, très bien fait, propose une visite virtuelle de l'exposition.

Un sujet sensible

Quelque 600 000 soldats des troupes coloniales participèrent à la Grande Guerre côté français. Entre 1914 et 1918, 270 000 hommes furent recrutés en Afrique du Nord, 189 000 en Afrique Occidentale Française et en Afrique Equatoriale Française, 49 000 en Indochine et 41 000 à Madagascar. Olivier Litvine, directeur de l'Alliance française de Dakha, estime que la question de la participation des troupes coloniales dans la guerre fait l'objet d'une « amnésie » aussi bien en France que dans les pays anciennement colonisés. L'analyse que dressait Jacques Frémeaux, historien à Paris IV- La Sorbonne, dans Les Colonies dans la Grande guerre en 2006, reste vraie :

« Dans les histoires générales de la France contemporaine, celle de l'empire colonial n'occupe le plus souvent qu'une place limitée, circonscrite à quelques paragraphes, au mieux à un chapitre unique. C’est sans doute une preuve des faibles rapports que la masse des Français ont entretenus avec l’épisode colonial. Lorsque la question bénéficie de plus longs développements, c'est le plus souvent, à l’occasion de débats sur l’immigration ou sur le devenir des anciennes colonies, trop actuels pour ne pas biaiser les faits. L'histoire des deux guerres mondiales n'est pas une exception à la règle. Chez les descendants des Français d'Outre-mer, particulièrement ceux d'Algérie, et plus généralement chez tous ceux qui ont gardé un souvenir nostalgique de la période coloniale, la participation à la guerre symbolise la réussite de l'idée impériale. Chez les descendants des anciens colonisés, la participation des aïeux à l’effort de guerre de l’ex-métropole est souvent présentée comme une des pires formes d’exploitation coloniale.»

 

En finir avec les idées reçues ?

Les efforts et les sacrifices des colonies sont largement méconnus. Entre 1914 et 1918, le sort millions d'habitants de l'empire fut associé à celui des populations de la métropole. Bon gré mal gré, ceux-ci furent solidaires. Pour autant, les recrutements forcés et les résistances qui en découlèrent ne doivent pas être oubliés. Le discours de François Hollande à Bamako en septembre 2013 inscrivant l'opération « Serval » dans l'histoire des relations entre les deux pays et dans celle des troupes coloniales passe sous silence la contrainte exercée par les autorités françaises pour recruter dans les colonies. C'est clair lorsque le chef de l'Etat affirme que « la France est venue honorer une dette contractée lors des deux conflits mondiaux du XXe siècle ». Les autorités maliennes,: aujourd'hui engagées dans la lutte antiterroriste aux côtés de la France, préfèrent se rappeler que les Africains ont porté secours à la France. Plus récemment, la France s'est efforcée de mettre des gants : le  ministre délégué aux Anciens Combattants, Kader Arif, a remis au président malien Ibrahim Boubacar queïta, une citation élogieuse pour son grandpère signée par Raymond Poincaré et un casque de poilu. Le chef de l'Etat malien, toujours ému par le souvenir de son aïeul mort à Verdun et enterré à Douaumont, en avait les larmes aux yeux. « Plus prosaïquement, en présentant discrètement ses regrets pour la surmortalité du camp de Courneau (Gironde), où hivernaient les tirailleurs, due à un état sanitaire déplorable, le ministre a désarmé une polémique qui aurait pu gâcher la fête », explique Jean-Michel Demetz, journaliste à L'Express.

Les travaux pionniers des historiens Gilbert Meynier et Marc Michel ont permis de battre en brèche un certains nombres d'idées reçues sur le rôle des colonies dans la Grande Guerre. Ceux-ci permirent notamment d'établir que les troupes coloniales n'avaient pas servi de chair à canon. Selon Marc Michel, elles subirent des pertes équivalentes à celles de l'armée métropolitaine, soit 22%. Une conclusion qui est aujourd'hui reconsidérée par l'historien Pap Ndiaye. Dans un article intitulé « Les coloniaux ont-ils été moins bien traités ? », paru dans la revue L'Histoire en octobre dernier, celui-ci explique que « les pertes françaises métropolitaines, particulièrement terribles lors des vingt-deux premiers mois de la guerre, déclinèrent ensuite globalement : celles des tirailleurs, moins exposés au début du conflit, suivirent une trajectoire inverse, atteignant leur maximum en 1918. Comme l'ont reconnu plusieurs responsables militaires et politiques français de l'époque, la mise en première ligne des troupes à la fin de la guerre avait pour objectif, pour citer Clemenceau, d''épargner le sang français" ». Un point que conteste Marc Michel, dans le Hors-Série du Monde 14-18 Les leçons de la guerre. Les enjeux d'un centenaire, paru le 27 février : « C'est en grande partie une légende que la propagande allemande a utilisée. La réalité est plus complexe. Il n'y a pas eu de volonté particulière de les mettre en avant, mais beaucoup de jeunes soldats africains sont arrivés au front avec une instruction militaire minime, sans accoutumance ni à la vie de tranchée ni même aux armes. » Invité de La Fabrique de l'histoire sur France Culture, l'historien Eric Deroo estime pour sa part qu'il faut être prudent sur ce terrain : « A partir de 1916, la plupart des unités sont mixtes. Donc, il n'y a pas eu de volonté délibérée d'exposer les soldats coloniaux, à part peut-être dans la bouche de certains. »

 

Une question qui n'échappe pas au débat politique

Sans vouloir en faire un marqueur du centenaire, l'Etat a tout de même tenu à saluer la mémoire des troupes coloniales dès l'entame du cycle des commémorations. Le 18 février dernier, François Hollande s'est rendu à la Grande Mosquée de Paris pour rendre hommage  aux soldats musulmans morts pour la nation lors des deux guerres mondiales. Leur mémoire est activement entretenue par les institutions musulmanes françaises. La Grande Mosquée fut d'ailleurs construite entre 1922 et 1926 pour leur rendre hommage. « La France n'oubliera jamais le prix du sang versé », a déclaré François Hollande. Selon une estimation du ministère de la défense en 2010, environ 70 000 musulmans ont perdu la vie pendant la guerre de 1914-1918. Le chef de l'Etat a dévoilé deux plaques recensant les unités musulmanes engagées dans les deux conflits mondiaux, aux côtés desquelles sera prochainement placée une borne interactive avec le nom des soldats musulmans tombés sur le champ de bataille. Une démarche pédagogique dont le but est d'aider les descendants des combattants à mieux connaître les éléments communs de leur histoire.

Cette attention particulière portée par le président à la mémoire des soldats musulmans n'est pas nouvelle. Comme le dit Nicolas Offenstadt dans 14-18 Aujourd'hui« les multiples récits qui circulent sur la Grande Guerre n'échappent pas au monde politique ». Jacques Chirac à Douaumont en 2006, un an après les émeutes en banlieues, puis Nicolas Sarkozy, à la Grande Mosquée, juste avant l'élection présidentielle de 2012, avaient également rendu hommage aux soldats musulmans morts pendant la première guerre mondiale. Pour le chef de l'Etat, saluer leur mémoire est devenu un moyen de rassurer la communauté musulmane et de marquer des points à la veille des élections municipales. Réagissant au déplacement de François Hollande, Marine Le Pen a jugé que le président pratiquait « la politique de l'apartheid » car il « divise jusque dans la mort » les soldats. L'intervention de la présidente du Front national est stratégique. Il s'agit de marteler un argument central de campagne. Pour le parti d'extrême-droite, le président doit être systématiquement accusé de diviser les Français.

 

Une expérience également ignorée en Grande-Bretagne

Côté britannique, l'expérience des troupes indiennes ne fait pas non plus l'objet d'une attention particulière. Parmi les rares initiatives, The Guardian a demandé à Daljit Nagra, poète britannique d'origine indienne, de se pencher sur les lettres écrites par les soldats indiens publiées sur le site d'Europeana. Celui-ci revient sur les passages censurés, -l'un des soldats s'indigne que les musulmans et les hindous soient enterrés dans les mêmes cimetières-, mais aussi sur l'émerveillement de certains en découvrant Paris. British Pathé a pour sa part mis en ligne 90 000 « clips historiques », dont un certain nombre sur les troupes indiennes pendant la première guerre mondiale.

 



#9 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 10 March 2014 - 08:54

Quinze Dakotas sur la Normandie pour les 70 ans du Jour le plus long
 9 mars 2014 | Culture Aéro | Commenter

A l’occasion du 70ème anniversaire du D-Day en juin 2014, l’équipe parachutiste internationale « Round Canopy Parachuting Team » projette de réunir 15 Dakotas et de larguer des parachutistes par centaines sur la Normandie.

rcpt-cbcbf.jpg le « Round Canopy Parachuting Team », qui déploie depuis 2009 ses activités en Europe et aux Etats-Unis, se concentre sur l’organisation et la pratique de parachutages historiques. © RCPT

Le 6 Juin 1944, les armées alliées débarquent. L’armada qui déferle sur les plages Normandes est gigantesque : près de 7.000 navires et 160.000 hommes arrivent de Grande Bretagne pour libérer l’Europe de l’oppression nazie.

c-47r-6bbc5.jpg Quelque 800 Dakota, escortés par des Mosquito, larguèrent 13 200 hommes et leur matériel dans la nuit et à l’aube du 6 Juin. © Milavia

Ce débarquement fut précédé par le largage de quelques 13.200 parachutistes derrière les lignes ennemies, sautant des célèbres C-47 Dakota, le cheval de bataille des armées alliées. Sur le terrain, ils semèrent la confusion et subirent de lourdes pertes. Créant des brèches dans les défenses de la Wermarcht de part et d’autre des plages choisies pour le débarquement et protégeant les têtes de pont contre d’éventuelles contre-attaques de la 15ème Armée Allemande, ils ouvrirent la voie pour les troupes en provenance de la mer.

paras_a_l_embarquementr-02426.jpg Sur les aérodromes d’Angleterre, les paras des généraux Gale, Taylor et Rigdway au pied des Dakotas, se préparent à sauter sur le Cotentin. © DR

Mais combien d’entre-eux, surchargés de matériel et empêtrés dans leurs suspentes se sont posés dans les marais et se noyèrent avant d’avoir combattu ? Combien se sont-ils fait abattre par les soldats allemands qui les attendaient, avant même d’avoir touché le sol ?

parachutage_photo_p-a593c.jpg Le Round Canopy Parachuting Team projette de larguer des centaines de parachutistes sous voiles circulaires, depuis des Dakotas à l’occasion de l’anniversaire du débarquement. © P. Mallet

Une quinzaine de Dakotas étant toujours maintenus en état de vol en Europe (dont 3 en France au sein d’associations d’avions de collection), le Round Canopy Parachuting Team (RCTP) souhaite les réunir une dernière fois sur l’aérodrome de Cherbourg-Maupertus. Un grand show et des vols auxquels le public pourra prendre part sont en cours d’organisation. Des parachutages, rappelant ceux effectués par la 6ème, la 82ème et la 101ème Airborne divisions sur nombre d’endroits historiques, sont également au programme (Ste Mère Eglise, Carentan…).

john_steele_clocher-bfc43.jpg Le mannequin suspendu au clocher de Sainte Mère Eglise rappelle la mésaventure du para John Steele de la 82ème division aéroportée, qui y resta suspendu alors que les combats se déroulaient à ses pieds. © Vincent

Cet évènement est une occasion unique de donner un coup de projecteur et de mettre en valeur l’avion de transport polyvalent des forces aériennes US et Britanniques que fut le Douglas DC-3/C47, mais aussi de rappeler que la plus grande invasion de tous les temps, qui eut lieu il y a juste 70 ans, n’aurait sans doute pas été possible sans la diversion effectuée par les largages massifs opérés la veille du D-Day, à l’est et à l’ouest du front.

dak-04a73.jpg 15 exemplaires de C47 sont en état de vol aujourd’hui en Europe, le plus souvent parfaitement restaurés. © DR

Ce rassemblement est aussi pour tous ceux qui l’animent une belle façon de rendre hommage aux soldats alliés qui ont combattu et sont morts pour la libération de l’Europe.

parachutistes_americains-d6f88.jpg Paras de la 101ème Airborne quelques minutesavant le largage. © DR

Le coût de la participation des appareils à cette opération, que l’association estime à 500.000 euros allant bien au-delà de ses propres ressources, les responsables lancent un appel à des mécènes passionnés de cette période ou à des sponsors afin de l’aider à financer ce projet.

 

Philippe Chetail

 

siteon0-e5814.png



#10 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 21 March 2014 - 08:09

70e anniversaire du D-Day: un festival international de musique militaire en Normandie

2089416132.jpg

Dans le cadre du 70e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie, le Comité du Débarquement organise les 7, 8 et 9 juin 2014 un festival international de musique militaire en Normandie.

Le Tattoo de la Liberté proposera un plateau prestigieux de plus de 500 musiciens issus de 9 pays (Belgique, Canada, Danemark, Etats-Unis, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, France). Au programme des festivités : concerts au Zénith de Caen les 7, 8 et 9 juin et grande parade dans les rues de Caen le 8 juin.

Principal attrait du festival: les représentations au Zénith de Caen. Le spectacle du Zénith s’inspire des événements de 1944 et réunit symboliquement les 9 pays alliés ayant pris part à la Bataille de Normandie. Chaque formation dispose de 10 minutes pour déployer son tableau. Performances musicales, chorégraphies et concours d’habileté militaire sont au programme. Les performances collectives, insérées entre les tableaux, évoqueront les étapes de la Bataille de Normandie. Un spectacle de plus de 2h en forme d’hommage aux Libérateurs.

Autre temps-fort: le défilé musical dans les rues du centre-ville de Caen. Plus de 700 musiciens participeront à cette parade le dimanche 8 juin à 15h. La Fanfare du régiment de cavalerie de la Garde Républicaine ainsi que l’Escadron motocycliste de la Garde Républicaine seront là pour encadrer le défilé. L’événement, gratuit, se termine à l’hippodrome de Caen par un grand final. Alors que des millions de touristes sont attendus en 2014 en Normandie, ce rassemblement musical extraordinaire offre à tous une façon inédite de célébrer la Liberté Retrouvée !

 

Plus d’informations sur www.tattoodelaliberte.com



#11 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 29 March 2014 - 10:34

10 Tommies tombés sur le champ de bataille en 1914, identifiés !

Publiée le 29/03/2014 dans la rubrique : Les Chroniques de VJC. 5038.jpg

Dix soldats britanniques tués pendant la Première guerre mondiale et dont les dépouilles avaient été découvertes en novembre 2009 sur un chantier d'une commune du nord de la France, ont été identifiés, a indiqué  le ministère britannique de la Défense.

Ces soldats du 2e bataillon du régiment de York and Lancaster, tués en octobre 1914 lors de combats avec les soldats allemands autour du château de Flandres de Beaucamps-Ligny, ont été identifiés à partir de leur ADN qui a été comparée à celles de descendants ou parents toujours vivants.

Les restes de cinq autres soldats, découverts au même moment, n'ont pas encore été identifiés mais le ministère a précisé que le travail se poursuivait. "Nous en avons identifié beaucoup plus que ce que nous espérions". "Nous pouvons encore identifier certains des biens des cinq dépouilles et nous allons lancer un appel à tous ceux qui pensent qu'il pourrait s'agir d'un membre de leur famille pour qu'ils nous contactent", a-t-il ajouté.

Parmi les 10 soldats identifiés, neuf ont des membres de leur famille qui vivent encore au Royaume-Uni. La famille du dixième, Leonard Arthur Morley, vit au Canada.  Ils vont tous être enterrés avec les honneurs militaires.

Au moment de la découverte en 2009, des effets militaires parmi lesquels des balles, des morceaux de ceinturons ou des boutons avaient été trouvés. Ce sont d'ailleurs ces boutons, gravés aux initiales du régiment, qui avaient permis d'identifier la nationalité de ces soldats, avait indiqué Frédéric Motte, le maire de Beaucamps-Ligny, la commune de 940 habitants où ils ont été découverts.

L'un des corps avait été retrouvé avec son quart d'eau dans une main et, près de l'autre main, une pipe, selon le maire qui précisait que des pièces de monnaie, des canifs ainsi que des brosses à dents avaient également été retrouvés. Ces soldats avaient été pris, entre le 18 et le 20 octobre 1914 dans "un échange de coups de feu extrêmement violent" avec les soldats allemands, avait-il ajouté. Le processus qui mène à une identification : « Quand un soldat perdait la vie pendant la Première Guerre mondiale, il était enterré par ses camarades ou par l’ennemi pour éviter les maladies. Il était porté disparu. Quand on retrouve une dépouille, elle est rapatriée à Beaurains. On peut retrouver des armes, des effets personnels, comme des pièces de puzzle. Une enquête est menée grâce aux archives. »Dans le cas de ces dix soldats, c’est l’ADN qui a parlé. Les familles qui pouvaient avoir des aïeuls concernés par la bataille ont donné leur propre ADN. Une comparaison qui a permis une identification, près d’un siècle après les combats.

La BBC donne le nom de ces dix soldats : Herbert Ernest Allcock, John Brameld, Francis Carr Dyson, Walter Ellis, John Willie Jarvis, Leonard Arthur Morley, Ernest Oxer, John Richmond, William Alfred Singyard et William Henry Warr. Les corps étaient conservés à la morgue du Commonwealth War Graves de Beaurains, près d’Arras. Pour Nelly Poignonnec, il est trop tôt pour annoncer la date de la cérémonie : C’est le ministère de la Défense britannique qui décide, avec l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris.



#12 gendlor

gendlor

    Colonel

  • Membre
  • 55 407 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:Languedoc Roussillon

Posté 19 April 2014 - 10:49

 
 
 
 
 
 
 
 
 
vendredi 18 avril 2014   Un camp commando à Ouistreham

 

 
Du 2 au 7 juin prochain, les fusiliers et commandos marine vont planter leurs piquets à Ouistreham et Colleville-Montgomery, à l'occasion des 70 ans du débarquement de leurs anciens en Normandie. Dix de ces derniers sont encore vivants.

Les hommes du contre-amiral Olivier Coupry entendent rendre à la fois hommage à leurs grands anciens -cinq ou six pourraient être des commémorations- tout en transmettant à la jeunesse quelques unes de leur valeurs, dans un camp qui sera visitable par le grand public, à Ouistreham. Une partie sera orientée pour les 5-12 ans : maquillage-camouflage, parcours commando, jumelles de vision nocturne, navigation simple... Le tout donnera droit à un diplôme souvenir des 70 ans du débarquement.

En parallèle, les commandos déroulent leur traditionnelle marche des commandos (mardi 3), avec les scolaires normands et les vétérans.
Deux films seront projetés aussi à Colleville-Montgomery là où les commandos de Philippe Kieffer ont débarqué, le 6 juin (ne progressant ensuite que sur Ouistreham, qui était leur objectif). Une cérémonie de tradition y est aussi prévue pour les nouveaux fusiliers et commandos, le 4 juin.

Pas de traditions sans instrument à vent, comme celui (du Britannique Bill Millin, sonneur de Lord Lovat) qui a guidé les pas des commandos le 6 juin 1944 : le bagad de Lann-Bihoué prévoit donc un concert le soir du 3 juin.
 

Publié par mamouth leader


276 741
Who Dares Wins

#13 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 19 April 2014 - 11:16

Un camp commando à Ouistreham
 
Du 2 au 7 juin prochain, les fusiliers et commandos marine vont planter leurs piquets à Ouistreham et
Colleville-Montgomery, à l'occasion des 70 ans du débarquement de leurs anciens en Normandie. Dix de ces derniers sont encore vivants.
Les hommes du contre-amiral Olivier Coupry entendent rendre à la fois hommage à leurs grands anciens -cinq ou six pourraient être des commémorations- tout en transmettant à la jeunesse quelques unes de leur valeurs, dans un camp qui sera visitable par le grand public, à Ouistreham. Une partie sera orientée pour les 5-12 ans : maquillage-camouflage, parcours commando, jumelles de vision nocturne, navigation simple... Le tout donnera droit à un diplôme souvenir des 70 ans du débarquement.
En parallèle, les commandos déroulent leur traditionnelle marche des commandos (mardi 3), avec les scolaires normands et les vétérans.
Deux films seront projetés aussi à Colleville-Montgomery là où les commandos de Philippe Kieffer ont débarqué, le 6 juin (ne progressant ensuite que sur Ouistreham, qui était leur objectif). Une cérémonie de tradition y est aussi prévue pour les nouveaux fusiliers et commandos, le 4 juin.
Pas de traditions sans instrument à vent, comme celui (du Britannique Bill Millin, sonneur de Lord Lovat) qui a guidé les pas des commandos le 6 juin 1944 : le bagad de Lann-Bihoué prévoit donc un concert le soir du 3 juin.
 
 

Publié par mamouth



#14 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 19 April 2014 - 11:33

Jeudi à Juno (lead)
 
JUNO-0687447939-TGY+222+%28Copier%29.JPG

15. 000 Canadiens débarquèrent à Juno, le 6 juin 1944, et un circuit réalisable sur une journée permet de
mesurer, aujourd'hui, l'effort que représenta la seconde guerre mondiale, et le D-Day, pour le Canada d'alors. Le centre Juno, à Courseulles-sur-Mer rappelle que le Canada est entré en guerre dès le 10 septembre 1939, et non, comme on le croit souvent, après Pearl Harbour (qui précipita l'Amérique dans la guerre). A la fin des années 30, l'armée canadienne n'alignait que 8.000 hommes (pour 11 millions d'habitants) ! 58.000 volontaires se font connaître dès le mois de septembre 1939, et ils sont un million sous les drapeaux en 1944, dont 450.000 volontaires.
Volontaires, les Canadiens qui débarquaient à Juno le 6 juin 1944 l'étaient tous : 359 y perdent la vie, ce jour-là. 90.000 Canadiens ont combattu pendant la bataille de Normandie, 5.500 y sont morts et 13.500 blessés.
Au total, 45.000 Canadiens ont perdu la vie pendant la seconde guerre mondiale.

 

 

 

Du nouveau au centre Juno
 
Au contact direct de la plage du débarquement, le centre Juno (1) a été érigé en 2003 à Courseulles-
sur-Mer (Calvados) : il n'existait alors aucune structure pour illustrer l'action des vétérans canadiens. Dès le départ, il est géré par une association loi 1901. Le gouvernement canadien assure des subventions depuis 2007, pour une valeur de 5 millions de dollars répartis sur dix ans. Des "briques" porteuses de noms sont exposées sur des tetraèdres, à l'extérieur : pour 200 EUR, il est possible d'y laisser sa trace nominale et donc de contribuer au financement. 63.700 visiteurs (30% de Canadiens, 36% de Français) l'ont visité l'an dernier.

Les nouveautés de la saison 2014 sont constituées par un nouveau film de 12 minutes qui place le visiteur dans les pas des soldats canadiens, ainsi qu'un parcours idéntifié pour les enfants (7-11 ans).
En outre, le centre Juno a mis à jour d'anciens souterrains allemands qui servaient de postes d'observation et de commandement pour la 6e compagnie du 736e régiment d'infanterie. Ces souterrains réhabilités sont ouverts depuis 15 jours, après qu'on en ait extrait vingt tonnes de sable. Le chantier n'a donc rien permis d'y retrouver de l'époque. Sauf une mine, traitée par les services spécialisés, il y a une quinzaine de jours.
Voici, expliqués par la médiatrice du centre, quelques éléments sur ces souterrains réhabilités :
 
 


Renseignements : www.junobeach.org. Gratuité pour les anciens combattants de la seconde guerre mondiale, les veuves de la seconde guerre mondiale, les invalides de guerre et les enfants de moins de 8 ans accompagnés.

(1) 150.000 euros avaient été versés par le ministère de la Défense pour la construction du centre, qui a coûté au total 6,25 MEUR.

Publié par mamouth



#15 gendlor

gendlor

    Colonel

  • Membre
  • 55 407 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:Languedoc Roussillon

Posté 04 May 2014 - 10:56

04.05.2014

 

lignes de défense

 

Kieffer et les 177 bérets verts français du D-Day à l'honneur

 

La direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) du ministère de la Défense vient de coéditer deux ouvrages consacrés aux 177 Français qui ont débarqué le 6 juin 1944 en Normandie, aux côtés de 75 000 Britanniques et Canadiens et, plus à l'Est, de 58 000 Américains.

 

1991607048.jpg

Le premier, avec les éditions Tallandier, s'intitule "Les 177 Français du Jour J". En s'appuyant sur des centaines de photos, lettres et document inédits, Stéphane Simonnet rend hommage aux 177 volontaires de cette troupe de choc.


Pour commander ce livre (à partir du 9 mai), cliquer ici.

 

1086776339.jpg

 

Le second, en coédition avec les éditions Albin Michel, est titré "Le Commando Kieffer : les 177 Français du D-Day". Soixante-dix ans après, ils ne sont plus que dix vétérans sur les 177 Français du D-Day Leur histoire est souvent méconnue. Ils la racontent dans ce livre, grâce à Jean-Marc Tanguy, qui, depuis dix ans, les suit et recueille leurs souvenirs. Un travail de mémoire inestimable, illustré de photographies d'archives familiales ou historiques, rares ou inédites.


Pour commander ce livre (à partir du 2 mai, cliquer ici).

 

"Les Français du Jour J": le film. 

 

Un documentaire: "Les Français du Jour J", va bientôt être diffusé. Ce film de Cédric Condom, a été écrit par Jean-Yves Le Naour, avec la collaboration de Stéphane Simonnet, produit par Emmanuel Migeot. Production Kilaohm, avec la participation de France 3, TV5 Monde et Planète +. Durée : 90 minutes.


276 741
Who Dares Wins

#16 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 04 May 2014 - 12:54

PHOTO - Un Typhoon britannique avec les marquages des avions qui ont participé au Débarquement du 6 Juin 1944

 

ob_b3c7e0_typhoon.jpg

 

PHOTOS - Huit photos supplémentaires du Typhoon porteur des bandes d'invasion

Modifié par jeff73, 04 mai 2014 - 12:55.


#17 kitkat

kitkat

    Commandant

  • Membre
  • 2 131 messages
  • Genre:Homme

Posté 09 May 2014 - 09:13

Bonjour à tous !

Je suis à la recherche d'un forumist ayant un bout de jardin ou planter la tente autour de Caen pour le weekend du 7 Juin.
Ou éventuellement des connaissances ayant un champ. Bref, je suis pas sûr que ce soit le bon weekend pour faire du camping sauvage.

Merci d'avance.
"L'Arabie Saoudite? Nous n'y sommes jamais allé, et nous n'y retournerons jamais plus!" Déclaration du capitaine Barril à J-F Bourret lors d'une interview sur une mission supposée secrète.


Membre Opérationnel du GIBG

#18 gendlor

gendlor

    Colonel

  • Membre
  • 55 407 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:Languedoc Roussillon

Posté 14 May 2014 - 10:06

Comment la France se prépare au 70e anniversaire du D-Day

 

 

PHOd592a5fa-db27-11e3-b36c-25b5138aff7f-

 

INFOGRAPHIE -  Le Figaro dévoile les coulisses d'un événement exceptionnel qui mobilisera 9000 hommes le 6 juin.

 

À l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement, la Normandie s'apprête à être le théâtre d'une commémoration planétaire qui va mobiliser l'un des plus imposants dispositifs de sécurité que la France ait jamais connu. Entre les 5 et 7 juin prochain, pas moins de 19 chefs d'État et de gouvernement étrangers vont participer à 21 cérémonies réparties sur les trois départements de Basse-Normandie, en particulier dans le Calvados et dans la Manche. Outre Barack Obama, Vladimir Poutine et Angela Merkel, François Hollande accueillera la reine Élisabeth II, qui, pour son ultime venue sur le sol français, devrait en profiter pour faire une visite d'État. L'équation, dans laquelle ne doit se trouver aucune inconnue, est à la fois simple et affreusement complexe pour les forces de l'ordre. De fait, il s'agit d'assurer un niveau de sécurité maximum pour protéger les grands de ce monde, sans perturber la vie des riverains et en facilitant la venue de 200.000 visiteurs sur une bande de 80 kilomètres de long et une vingtaine de large. Pour cela, les stratèges du Centre de planification et de gestion de crise (CPGC) de la gendarmerie ont planché pendant un an pour mettre au point un dispositif exceptionnel dont Le Figaro dévoile les coulisses.

 

Selon nos informations, près de 9000 hommes seront mobilisés au plus fort des cérémonies. Outre 850 pompiers secouristes et 2000 policiers, parmi lesquels figurent les gardes du corps de la présidence de la République et les fonctionnaires déployés autour du Mémorial de Caen, où se déplacera le chef de l'État, 5500 gendarmes seront présents pour garantir le bon déroulement de l'événement. Le 6 juin, D-Day de la commémoration, en marquera le paroxysme. C'est ce que les experts appellent, à l'image du colonel Jacques Razafindranaly, patron du CPGC, la «pointe dure» de l'effort opérationnel. Dès le matin, les services français seront sur les dents, avec notamment la visite de la reine Élisabeth à la cathédrale de Bayeux et l'arrivée au même moment de Barack Obama au cimetière américain de Colleville-sur-Mer pour se recueillir sur les tombes des milliers de GI qui ont débarqué sur la plage d'Omaha Beach, dite la «Sanglante». Plus de 150 agents américains du Secret Service, dont certains sont déjà venus discrètement en précurseurs pour une tournée d'inspection, seront du voyage. Un dispositif estampillé «secret-défense» accompagnera le déjeuner de gala réunissant tous les chefs d'État sous les ors du monumental château de Bénouville, transformé pour l'occasion en un Fort Knox ultrasécurisé, avant que ces derniers ne partent en convoi officiel, sur une distance de 8 kilomètres, vers la plage de Sword Beach, à Ouistreham, où se distinguèrent la seconde armée britannique et les 177 fusiliers marins du commando Kieffer. «Quelque 380 motards de la gendarmerie participeront aux escortes, confie un officier. S'il se passait quelque chose de grave, la face du monde pourrait s'en trouver changée.»

 

Pendant trois jours, de véritables «bulles de sécurité», baptisées «zones de protection des autorités», sanctuariseront douze lieux de cérémonies avec une absolue étanchéité. Alors que les invités seront badgés et triés sur le volet, les chiens renifleurs d'explosifs auront «décontaminé» chaque site la veille avec une attention toute particulière autour du secteur des tribunes officielles et des zones de parkings où stationnent les convois. «Les unités d'élite du Raid et du GIGN font partie intégrante du dispositif, et la Garde républicaine patrouillera à cheval le long du littoral», assure un responsable opérationnel.

 

« Nous travaillons sur le haut du spectre de la menace »

le colonel Jacques Razafindranaly

 

L'espace maritime sera quant à lui verrouillé jusqu'à 300 mètres du littoral par la marine nationale et la gendarmerie, qui a prévu de déployer deux patrouilleurs, des vedettes rapides ou encore des jet-skis. Pour contrecarrer une attaque kamikaze, notamment, le ciel normand sera frappé d'un arrêté d'interdiction de vols par Notam (Notice to Airmen). Cinq hélicoptères de type EC 135 et EC 145 retransmettront des images 24 heures sur 24 et en temps réel au poste de commandement et aux experts de la gendarmerie des transports engagés pour renforcer la sécurité des aéroports.

 

«Nous travaillons sur le haut du spectre de la menace», concède le colonel Jacques Razafindranaly, qui peaufine avec une vingtaine d'officiers son plan de bataille sous l'autorité du directeur général de la gendarmerie national, Denis Favier. Pour éviter les thromboses sur les routes normandes, souvent étroites et inadaptées à l'affluence programmée, les services préfectoraux ont établi un vaste périmètre de «zone de circulation régulée». Concernant 145 communes, qui s'étendent de Ouistreham au département de la Manche, elle offrira un accès réservé aux riverains, à leurs proches ainsi qu'aux professionnels, tandis qu'une noria de bus garés sur des «plates-formes d'échange» transporteront les vétérans, leurs familles et les visiteurs sur les lieux de mémoire.

 

«À l'exception du 6 juin sur certains axes, la circulation dans le département sera totalement libre», précisent les autorités, qui mettent tout en œuvre pour que le gigantisme de l'événement ne transforme pas la vie des habitants en cauchemar. Et que le D-Day version 2014 se déroule comme sur une mer d'huile. Vendredi, le premier ministre, Manuel Valls, et Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, feront le déplacement pour s'en assurer.

 

PHOd0748c8c-dac3-11e3-8042-c9d4ce61f26f-

 


276 741
Who Dares Wins

#19 jeff73

jeff73

    Colonel

  • Membre
  • 5 425 messages
  • Genre:Homme
  • Lieu:dans l'eure

Posté 14 May 2014 - 09:18

on va pas pouvoir pisser tranquille le 6 juin sur les plages du débarquement, çà c'est sur


  • Charlie Bravo aime ceci

#20 kitkat

kitkat

    Commandant

  • Membre
  • 2 131 messages
  • Genre:Homme

Posté 15 May 2014 - 06:59

Un habitant du coin mettait sur un autre forum, que pour les 60 ans, avec la venue de Bush, il n'avait pas eu le droit de sortir de chez lui et ne pouvais plus utiliser son portable car les communications étaient brouillées par les américains.


"L'Arabie Saoudite? Nous n'y sommes jamais allé, et nous n'y retournerons jamais plus!" Déclaration du capitaine Barril à J-F Bourret lors d'une interview sur une mission supposée secrète.


Membre Opérationnel du GIBG




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)